COMMUNIQUÉS


Soutenons Mireia Boya et la langues occitane face à la dérive autoritaire espagnole

Communiqué officiel · 12.02.2018

Soutenons Mireia Boya et la langues occitane face à la dérive autoritaire espagnole.

 

Le Val d’Aran est une terre de culture occitane, rattachée administrativement à la Catalogne. Deux affaires étroitement liées doivent y attirer l’attention urgente de tous les démocrates.

 

Le Tribunal constitutionnel espagnol vient d’interdire l’usage “préférentiel” de l’occitan aranais dans les institutions et administrations de l’Aran. C’est une attaque contre notre vénérable langue occitane qui se parle des Alpes à l’Atlantique. C’est aussi une attaque contre les droits des Aranais, contre la semi-autonomie de l’Aran appliquée depuis 1990 et contre la Loi de l’occitan de 2010.

 

Mireia Boya est une femme occitane, aranaise et une ex-députée du Parlement de Catalogne de 2015 à 2017. Elle a défendu dans ce Parlement, avec une majorité de députés, la création d’une République catalane indépendante dans laquelle le Val d’Aran serait associé et respecté.

 

Aujourd’hui, Mireia Boya paie cher son engagement courageux. Nous appelons tous les démocrates à la soutenir:

  • Elle est poursuivie par le juge espagnol Llarena pour “rébellion”. Pourtant Mireia Boya a toujours exprimé ses opinions de manière démocratique et pacifique.
  • Elle reçoit des menaces de destruction contre le gîte rural Bòrda Guilaumuc, qu’elle tient avec son frère dans le Val d’Aran, à Les, à cause de fausses rumeurs véhiculées par le journal espagnol OK Diario. Ils ont été forcés de fermer leur gîte.

Ces menaces son l’expression d’une dérive autoritaire de l’État espagnol qui ne supporte pas que les Catalans et les Occitans d’Aran demandent leur liberté. Nous soutenons Mireia Boya ainsi que tous les militants aranais et catalans qui sont menacés, aujourd’hui, par le pouvoir répressif de Madrid. En particulier, nous appelons tous les démocrates et tous les habitants de l’Occitanie, des Alpes à l’Atlantique, à participer aux actions suivantes ou, au moins, à les soutenir.

 

- Marche aux flambeaux, mardi 13 février, à 20h30, en Aran, à Les, sur la place de la Mairie, avec le slogan “Mireia nous sommes avec toi”.

 

- Le même soir, ensuite, départ en autobus de Les, en Aran, jusqu’à Madrid, afin de soutenir Mireia Boya devant le Tribunal suprême espagnol et face au juge Llarena, dans la journée du 14 février.

 

- Signature du Manifeste de soutien à Mireia Boya que vous pouvez lire dans différents medias et que nous avons publié sur notre site. Vous pouvez signer ce manifeste en écrivant à Accion Culturala Occitana (acc.culturoc@gmail.com) ou aux medias Jornalet (info@jornalet.com) et Aquò d’Aquí (aquodaqui@aquodaqui.info).

 

Toute attaque contre l’Aran est une attaque contre l’ensemble du pays d’Occitanie, des Alpes à l’Atlantique. Toute attaque contre notre députée Mireia Boya est une attaque contre l’ensemble du peuple occitan. Nous ferons face, nous nous défendrons.

 

(Photo: El nacional)

 

***

 

Units per Occitània

 

***

  

ASSEMBLADA NACIONALA OCCITANA

Residéncia Bèla Auròra - 18 bis Carriera Santa Estela

13090 AIS DE PROVENÇA

Sit: www.assemblada.org

E-mail: info@assemblada.org


Manifeste de soutien à Mireia Boya

Manifeste collectif · 11.02.2018

La députée aranaise au Parlement de Catalogne, Mireia Boya, sera présentée devant la justice espagnole pour “rébellion” en raison de sa participation politique au referendum qui s’est tenu le 1er octobre dernier.

 

Le juge du Tribunal suprême espagnol, Pablo Llarena, l’a convoquée pour le 14 février.

 

Boya sera suivie ensuite par Anna Gabriel, également ex-députée de la CUP et mise en examen pour le même “délit”.

 

Le juge Llarena a décidé le 22 décembre dernier de lancer une poursuite contre Mireia Boya ainsi que contre d’autres responsables politiques catalanes comme Anna Gabriel, Marta Pascal ou encore Marta Rovira.

 

Les pratiques politiques de l’État espagnol nous semblent venues d’un autre âge, d’un âge que beaucoup de gens avaient cru passé, et elles nous rappellent les pires heures de l’histoire en Catalogne et en l’Espagne: la criminalisation et la répression judiciaire d’une partie de la classe politique catalane pour ses opinions politiques, l’emprisonnement de leaders de partis et d’associations citoyennes, l’exil d’un président de gouvernement... Tout cela maintient un sentiment d’arbitraire et d’injustice, au cœur d’une Union européenne qui se targue d’être un modèle de libéralisme et de pluralisme politique dans le monde.

 

Nous qui sommes citoyennes et citoyens de l’Union européenne, nous qui sommes occitanes et occitans, nous déclarons notre soutien total à Mireia Boya.

 

Nous soutenons Mireia Boya car elle a représenté la voix de l’Occitanie au Parlement catalan, entre 2015 et 2017, avec une dignité historique; elle a rendu possible que, pour la première fois dans l’histoire des États modernes européens, la langue occitane gagne une visibilité publique et politique, dans le cadre du processus pour la construction de la République de Catalogne, ce qui représente un phénomène d’une portée politique incomparable avec la situation désastreuse de la langue d’oc dans son territoire historique majoritaire, dans la République Française.

 

Nous soutenons Mireia Boya dont le nom même est porteur de toute une espérance pour les femmes et les hommes d’oc, face aux pratiques policières et arbitraires d’un État dont les garanties démocratiques partent chaque jour de plus en plus à la dérive.

 

Parmi les premières organisations signataires:

 

·       Accion Culturala Occitana

·       Associacion entara difusion d’Occitània en Catalonha (ADÒC)

·       Cercle d’Afrairament Occitanocatalan (CAÒC)

·       Chambra d’Òc

·       Corròp per Aran

·       Òc Malhòrca

·       Assemblada Nacionala Occitana (ANÒC)

·       Partit de la Nacion Occitana (PNO)

·       République Fédérale Occitane 

·       République de Nice

·       País Nòstre

 

Toute organisation et tout individu peuvent signer ce manifeste en écrivant à Accion Culturala Occitana (acc.culturoc@gmail.com) ou bien aux medias Jornalet (info@jornalet.com) et Aquò d’Aquí (aquodaqui@aquodaqui.info).

 


Ni “Sud”, ni “PACA”: nous voulons un nom digne pour Provence-Alpes-Côte-d’Azur

Communiqué Officiel · 27.12.2017

Le président de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, Renaud Muselier, veut donner à cette région le nom de “Sud” (ou “Sud-Provence-Alpes-Côte-d’Azur”). Il a enregistré ce nom à l’INPI pour en faire un terme de communication, mais ce n’est pas un nom officiel. Monsieur Muselier pense que ce serait un bon moyen d’éviter l’affreux sigle “PACA”.

 

L’Assemblée Nationale Occitane pense, effectivement, qu’il faut éviter ce sigle “PACA” qui est inexpressif et qui cache la personnalité historique de notre région.

 

Toutefois, le nom de “Sud” n’est pas une meilleure solution car il s’agit là aussi d’un nom artificiel, sans profondeur historique et culturelle.

 

En Provence-Alpes-Côte-d’Azur, nous ne nous définissons pas comme le “Sud” d’autre chose. Nous nous sentons profondément provençaux, niçois et alpins. Nous faisons partie de la grande Occitanie.

 

L’Assemblée Nationale Occitane (ANOC) revendique donc un changement radical dans la gestion de nos régions. Nous voulons:

 

  • Un nom de région qui respecte notre histoire et notre personnalité culturelle en tant qu’Alpins, Niçois et Provençaux.
  • Un abandon de la réforme territoriale de Manuel Valls et François Hollande car elle est autoritaire et artificielle.
  • Un redécoupage régional qui respecte les réalités historiques et culturelles, en concertation avec les populations.
  • L’attribution du nom d’Occitanie, non pas à la région de Toulouse, mais à tout l’espace de la culture occitane qui s’étend des Alpes à l’Atlantique et du Massif Central aux Pyrénées.
  • L’affirmation claire que Provence-Alpes-Côte-d’Azur est une partie intégrante de l’Occitanie.
  • Un plan de développement pour notre langue de Provence-Alpes-Côte-d’Azur, qui est l’occitan (dans le respect des ses variétés: niçois, vivaro-alpin et provençal au sens étroit).
  • Une alliance des régions occitanes pour bâtir une grande Occitanie autonome, avec un droit à l’autodétermination.

 

***

 

Units per Occitània

 

***

  

ASSEMBLADA NACIONALA OCCITANA

Residéncia Bèla Auròra - 18 bis Carriera Santa Estela

13090 AIS DE PROVENÇA

Sit: www.assemblada.org

E-mail: info@assemblada.org


Catalogne #21D: victoire de la démocratie contre l’autoritarisme de Madrid

Communiqué Officiel · 22.12.2017

Jeudi 21 décembre ont eu lieu en Catalogne les élections dites autonomiques, que le gouvernement espagnol dirigé par Mariano Rajoy (Parti Populaire, droite autoritaire) avait convoqué après avoir destitué le gouvernement catalan et dissout le Parlement de la Généralité.

 

Ces élections se sont déroulées dans un contexte défavorable pour les forces indépendantistes, car la campagne était perturbée par les diverses mesures autoritaires du pouvoir madrilène: un leader en exil Carles Puigdemont, président d'Ensemble pour la Catalogne, un autre en prison Oriol Junqueras, président d'ERC, Gauche Républicaine de la Catalogne), pressions médiatiques, matraquage électoral du parti unioniste Ciutadans, etc.

 

Malgré toutes ces contraintes, les élections ont conduit à une nette victoire des forces indépendantistes, vu qu'elles cumulent 47,5% des votes et 70 députés élus, contre 42% et 57 députés pour l'ensemble des listes unionistes, et 7,5% et 8 députés pour Podem, parti de gauche avec des positions indéfinies. Le taux de participation a été de 82%. 

 

Ces résultats nous enseignent les leçons suivantes:

  • Les forces indépendantistes conservent la majorité absolue malgré la perte de 2 députés par rapport aux élections de 2015.
  • Le vote indépendantiste a obtenu un record en nombre de voix: 2.063.361 voix le 21 décembre, soit presque 96.000 de plus qu’en 2015.
  • La participation massive a prouvé qu'il n'y avait pas de “majorité silencieuse unioniste”, contrairement à ce que prétendaient les médias espagnols et français.
  • Même si elles ont gagné 6 députés de plus par rapport à 2015, les forces unionistes demeurent encore minoritaires, tant en nombre de voix  (1.889.176) que de députés.
  • Le Parti Populaire, parti du gouvernement espagnol, s'est complètement effondré.
  • La répression et les entraves du pouvoir madrilène n'ont pas réussi à détruire la capacité de mobilisation du camp indépendantiste qui a pu s'imposer.

L’Assemblée Nationale Occitane salue cette victoire électorale qui restaure la légitimité du gouvernement indépendantiste de Carles Puigdemont. Et nous attendons que les gouvernements espagnol et français et l'Union Européenne réagissent positivement en rendant au peuple catalan son droit d'autodétermination et en reconnaissant enfin la République de Catalogne, proclamée le 27 octobre dernier.

 

***

 

Units per Occitània

 

***

  

ASSEMBLADA NACIONALA OCCITANA

Residéncia Bèla Auròra - 18 bis Carriera Santa Estela

13090 AIS DE PROVENÇA

Sit: www.assemblada.org

E-mail: info@assemblada.org

Telefòn: +33 6 46 62 74 93


L'occitan, une langue toujours plus en danger

Communiqué · 07.12.2017

Cet automne 2017, deux événements en deux endroits distincts de l'Occitanie nous ont rappelé que la situation de l'occitan dans les médias et le système d'enseignement de l'État français reste très précaire et les choses ne s'améliorent pas.

 

À Toulouse, le 8 novembre dernier, une dizaine d'associations et mouvements occitans, formant le Collectif Occitan, s'étaient rassemblés devant le Capitole pour revendiquer une plus grande place à la langue occitane sur l'antenne régionale de France 3 et dénoncer l'annulation des contrats aidés nécessaires au fonctionnement des établissements scolaires occitans (Calandretas). À cette occasion, la campagne "Volèm l’occitan cada jorn a la television” (Nous voulons l'occitan chaque jour à la télévision) a été lancée. Dans cette voie, le Collectif Occitan organisera une nouvelle manifestation à Toulouse le 3 février 2018.

 

A Nice, l’enseignement de l'occitan niçois est grandement menacé depuis que l'on prévoit la fermeture de la licence d'occitan à l'Université de Nice en raison d'un manque d'inscriptions suffisantes. La nouvelle chaine de télévision Youtube en niçois, "Cultura Viva" (Culture Vive), lance un appel à la résistance pour sauver l'enseignement de l'occitan à l'Université de Nice, comme on peut le voir dans la vidéo.

Comme le précisent ses statuts, l’Assemblée Nationale Occitane milite pour la promotion et le développement de la culture et de la langue occitane et dénonce avec vigueur chaque tentative de l'État français d'entraver son enseignement.

 

La vision de l’ANOC concernant la langue est maximaliste: nous voulons un statut de langue officielle, la généralisation de son enseignement dans tous les établissement scolaires d'Occitanie et à tous les niveaux et sa présence constante dans les médias et l'administration.

 

***

 

Units per Occitània

 

***

  

ASSEMBLADA NACIONALA OCCITANA

Residéncia Bèla Auròra - 18 bis Carriera Santa Estela

13090 AIS DE PROVENÇA

Sit: www.assemblada.org

E-mail: info@assemblada.org

Telefòn: +33 6 46 62 74 93